Essai de définition d’un cadre juridique en matière d’énergie solaire en Afrique

Ouverture d’un atelier d’échanges ce mardi 03 Septembre, sur le contenu d’une étude intitulée :  »Etudes sur les modalités d’utilisation et intérêt d’un cadre collectif supranational optionnel dans le cadre des projets solaires au Bénin, Burkina Faso, Gabon, Mali, Niger et Togo.

Les participants étaient là CEET, la CEB, l’équipe de l’agence d’électrification rurale, les bailleurs de fonds, les banques, le Ministère des Mines et de l’Energie et d’autres acteurs institutionnels du secteur de l’énergie.

Encore peu développée, l’énergie solaire est un fort potentiel en Afrique subsaharienne. Ce présent atelier de Lomé en s’inscrivant dans le cadre de l’Alliance Solaire Internationale a pour ambition de faciliter et d’encourager le développement des projets solaires en Afrique.

Selon Ousmane Diawara, conseiller financier de la société EY:  »l’énergie solaire est très compétitive et les derniers appels internationaux y compris sur le continent le démontrent. C’est aujourd’hui une des sources d’énergie les moins chères comparée à l’énergie thermique à base du pétrole. Il y’a donc un intérêt écologique et une urgence climatique. Cela reste un véritable enjeu pour les Africains que d’être en mesure de développer le potentiel solaire qui s’offre dans leurs pays. »

Étant donné les avantages écologiques de l’énergie que fournit le soleil, il s’avère primordial de s’y pencher de plus près.  » L’enjeu de cet atelier est de voir en Afrique subsaharienne, comment on peut se serrer les coudes pour baisser les coûts de production de l’énergie solaire ». A estimé pour sa part, le Directeur général de l’Agence Togolaise d’électrification rurale et des Énergies Renouvelables, M. Bolidja TIEM.

Bolidja TIEM, Directeur de l’AT2ER

Dans l’optique d’une importante production de l’énergie solaire, le Directeur précité, a laissé entendre que des centrales de transformation de l’énergie solaire sont en projet et que leur construction vont commencer d’ici peu et seront visibles à partir de 2022. Par ailleurs il a aussi expliqué qu’étant donné les ambitions du PND, les réflexions se poursuivent pour bientôt proposer aux populations une énergie plus propre, en quantité suffisante et à moindre coût.

Salle de l’atelier

Rappelons qu’il est prévu 3 autres rencontres respectivement les 10 et 20 Septembre, puis une rencontre internationale le 31 Octobre en Inde pour la restitution de l’ensemble des travaux de la plateforme.

Djami ABOUDOU