Quels collaborateurs pour quelles entreprises de demain ? ESAM lance le débat au Togo

En collaboration avec le cabinet d’expertise comptable Audit Consulting International, la très réputée Ecole Supérieure d’Audit et de Management (ESAM) a initié ce 28 février 2020, un forum qui a réuni plusieurs directeurs de ressources humaines et des chefs d’entreprise. Le débat a tourné autour de la question : quels collaborateurs pour quelles entreprises de demain ? plusieurs approches ont meublé les discussions tenant en haleine toute l’assistance face à la qualité des diverses interventions. Le public assez réceptif, est composé pour la plupart d’étudiants de ladite école ainsi que de nombreux invités.

Avec l’évolution de la nature même du travail, les employeurs sont confrontés à la nécessité de recruter des personnes capables de répondre favorablement aux tendances du marché. De nos jours, le choix d’un collaborateur tient plus compte de la compétence et de la capacité d’adaptabilité que des diplômes.

Photo partielle de l’assistance

Ce choix est généralement opéré par un directeur des ressources humaines. Etant au cœur de la stratégie de l’entreprise, celui-ci doit être un manager influent qui s’occupe du recrutement des personnes à même de permettre à une entreprise de parvenir à ses objectifs. Ce constat explique pourquoi ce sont notamment les directeurs de ressources humaines qui sont sollicités pour débattre durant ce forum.

Selon les explications du Directeur d’ESAM, cette démarche à l’égard des entreprises tire sa source du désir de cette école d’être à la pointe en formant les cadres de demain. Pour que ceux-ci soient capables de travailler immédiatement après leurs formations, il faut qu’on détermine les besoins des entreprises. Mais étant donné qu’une entreprise n’est pas statique mais évolutive s’adaptant aux nouvelles réalités, il s’avère important de lui mettre à disposition des collaborateurs qui peuvent s’adapter aux différentes mutations qui surviennent.

Roger MIFETOU, Directeur ESAM

Poursuivant dans son explication, M. Roger MIFETOU, Directeur d’ESAM affirme : « nous voulons qu’il y’ait une transversalité au niveau du savoir et de la connaissance. Il est de bon ton de pouvoir prospecter, de se demander ce qui va se passer dans cinq ou dix ans ? Comment les entreprises vont accueillir les élèves ? Comment ces entreprises se caractériseraient-elles ? Quelles seront leurs valeurs ? Quels types de collaborateurs sont attendus par les entreprises ? Toutes ces questions constituent les raisons qui ont poussé à l’organisation de ce forum ».

Par ailleurs, la rencontre porte sur deux (2) panels. Le premier traite de ce qu’est une entreprise de demain, tandis que le second tente de définir ce qu’est le collaborateur de demain. C’est l’occasion de demander aux chefs d’entreprise qu’elle est leur vision de demain, comment voient-ils le changement, comment se positionneraient-ils, quels sont les modèles économiques, quelles seront les valeurs ajoutées et quels sont les cas dans lesquels ils peuvent vivre avec les influences internationales. Aussi, au second panel, les discussions tournent autour de la nature du collaborateur de demain qui est résolument créatif. Cette créativité doit être plus collective. Ce type de collaborateur doit aussi être hautement connecté.

« Pour amener l’homme à donner le meilleur de son potentiel, il faut aujourd’hui, un leadership d’entreprise axé sur les principes et les valeurs. Il faut que le cadre de l’entreprise inspire confiance aux acteurs internes comme externes », a notamment évoqué, l’un des panélistes, M. Liamidi BIRAMAH. Il a poursuivi en déclarant que dès lors qu’on arrive à cultiver des valeurs telles que l’intégrité et la vérité, il y’a une paix sociale qui règne dans l’entreprise.

Hélène Kamel