Cérémonie de signature officielle des conventions de sous-projets communautaires du projet d’investissement de résilience des zones côtières en Afrique de l’ouest ( WACA- Resip). Cette cérémonie organisée par le ministère de l’environnement, du développement durable et de la protection de la nature, a eu lieu ce 08 novembre 2019 à Lomé.
Ce projet est aux bénéfices des populations exposées de façon récurrente aux risques des aléas naturels.
Le projet WACA Resip vise à renforcer la résilience des communautés des zones côtières face aux effets du changement climatique. Il consacre donc une partie de son financement aux sous-projets de développement communautaire.
Ceux-ci, identifiés et portés par les communautés ont pour objet la diversification des moyens de subsistance et la réduction des risques liés aux catastrophes naturelles et au changement climatique. Leur point d’orgue reste les activités qui les sous-tendent et qui se déclinent en plusieurs points. Il s’agit de la gestion des aires communautaires de haute valeur écosystémique, la gestion durable des terres, la réalisation de petites infrastructures publiques endommagées par l’inondation ou l’érosion, le curage des canaux naturels pour l’amélioration de la performance des canaux de drainage des eaux et la lutte contre la pollution.

Participants

On constate en effet que les côtes du golfe de Guinée, compte tenu de la croissance démographique subissent de plein fouet des inondations et l’érosion côtière exacerbées par le changement climatique. Les populations assistent ainsi impuissantes à la baisse de leurs activités économiques, aggravant la pauvreté.
Tout ceci a emmené le gouvernement togolais a initié grâce à l’appui du groupe de la banque mondiale et du fond pour l’environnement mondial (FEM), le projet WACA-Resip pour résoudre ces problèmes.
Les sous-projets communautaires s’inscrivent dans le cadre stratégique d’investissement pour la gestion de l’environnement et des ressources naturelle, se mettant de facto dans la droite ligne du plan national de développement (PND).
Les principaux bénéficiaires de ces sous-projets sont les populations vulnérables notamment les femmes et les enfants. Il s’agit donc d’assurer à travers ce projet, un meilleur accès aux infrastructures socio économiques. Dans ce contexte, il sera question de fournir des opportunités de génération de revenus aux jeunes pauvres et vulnérables ciblés.
Un montant total de plus de 1 milliard 200 millions de FCFA ont été préparés pour financer 11 sous-projets qui permettront de lutter contre les inondations et la pollution.
La mise en œuvre des projets prévus vise par ailleurs à démontrer aux bénéficiaires le lien entre le développement économique et la protection de l’environnement ainsi que l’impérieuse nécessité de concilier les 2 dans un contexte global de développement et de réalisation des ODD.
‹‹J’invite les différents acteurs impliqués dans ces sous-projets communautaires de s’engager sans réserve dans ces projets afin de conduire la mise en œuvre du projet conformément aux orientations stratégiques définies››, a lancé le ministre de l’environnement, David OLADOKUN.
Il a aussi mentionné qu’afin de garantir l’efficience et l’efficacité de la gestion des sous-projets, il sera mis en place un mécanisme de contrôle de l’exécution physique.

Djamiou ABOUDOU

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
27 ⁄ 9 =


You May Also Like

Togo: le Ministère des Mines et des Énergies lance un appel d’offre de fournitures d’équipements de maintenance de lampadaires solaires

Section I. Avis d’Appel d’Offres International (A.A.O.I). Ministère des mines et des…

Agroécologie : formation sur la conservation des semences résilientes et lutte biologique

Une formation sur l’agroécologie et notamment sur la conservation résiliente et la…

Le Togo réalise sa première centrale solaire photovoltaïque

Après la signature des termsheets de la convention de concession et du…